logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

jeudi, 30 juillet 2009

GARY JENNINGS

MARCO POLO suite

«  L’une des règles les plus fondamentales du bouddhisme : éviter que toute créature vivante , si humble et éphémère fut elle , pût être tuée, délibérément ou même accidentellement . ….. Un bouddhiste croit que tout homme ne meurt que pour renaître dans la peau d(un homme meilleur qui a avancé sur la voie de l’Eveil. Parallèlement il pense que l’homme qui a fait le mal est voué à renaître dans une incarnation de grade inférieur , animal , oiseau , poisson ou insecte. C’est la raison pour laquelle un bouddhiste ne doit jamais rien tuer . Le moindre atome de vie de la Création pouvant être une âme en train d’escalader l’échelle de l’Eveil, un bouddhiste n’osera pas même écraser un pou, craignant que ce put être son grand père ,rétrogradé depuis sa mort , ou son propre petit fils en route vers sa future naissance .

……Le premier résultat est que tout bouddhiste , qu’il soit homme , femme ou enfant , n’est qu’un nid grouillant de poux et de mouches …..Le second est que tout bouddhiste ne peut pas manger la moindre cher animale ……

Un moine raconte :

-« Il vécut ici naguère , me raconta mon moine han sur un ton de profonde révérence , un lama d’une sainteté sans pareille. Un homme si pur qu’il ne s’alimentait que de riz cru sans même le faire bouillir. Afin de pousser son humilité plus lion encore il portait une chaîne de fer serrée autour de ventre rétréci. Le frottement de la chaîne rouillée sur peau provoqua une plaie qui devint purulente et attira quantité d’asticots . Or si d’aventure l’un de ces vers rampants venait à tomber sur le sol, le lama se baissait avec amour pour le ramasser et lui demandait : « pourquoi fuis tu , bien aimé ? N’as-tu donc pas .assez à manger ? » Et il le replaçait tendrement dans la plus juteuse partie de la plaie.

Le lama finit par devenir une plaie vivante, qui le dévora complètement , et il en mourut .

Le moine conclut : Nous l’admirons et l’envions tous , car il avait sans doute progressé loin sur la voie de l’Eveil ».

-«  Je l’espère sincèrement répondis-je. Mais , au fait , qu’arrive-t-il au bout de ce chemin ? L’Eveil accède –il alors au Paradis ?

-Rien d’aussi grossier, répliqua l’ubashi . Tout au plus peut on espérer au terme d’une suite ininterrompue de naissances et de vies successives remplies d’efforts pour s’élever , être simplement libéré de la nécessité de vivre. Se retrouver débarrassé de cet esclavage des besoins humains de ces désirs , ces passions , ces chagrins et ces souffrances . Nous espérons atteindre le Nirvana qui veut dire l’éclatement.

Il ne plaisantait pas ……Le bouddhiste n’aspire à rien d’autre qu’à une extinction absolue ».

MARCO POLO  "Les voyages interdits" p 588/589

Gary Jennings

17:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

vendredi, 24 juillet 2009

MARCO POLO Les voyages interdits (Gary Jennings)

MARCO POLO.jpg

MARCO POLO ,Les voyages interdits

Voici un livre de vacances à recommander et à méditer : aventures « touristiques » vers l’Orient 1271-1275.

Au cours des aventures de Marco Polo de son père et de son oncle Matteo , de Venise à la province des « Ouïgours et des Han » une leçon d’histoire et de mœurs où l’on voit que les pratiques religieuses entre autres ont peu évolué du XIIeme siècle à nos jours …… : édifiant !

Extraits :

P 146 :  « Le cuisinier du bord m’indiqua de son côté la raison pour laquelle il ne cuisait pas de pain :…….On raconte qu’un cuisinier romain inventa un jour cette nouvelle forme de nourriture (les pâtes) plus ou moins consciemment , quand son stock de farine eut «été inondé par une vague. Il pétrit ce qui restait en une pâte , afin de sauver ce qui pouvait l’être encore , puis la découpa en morceaux afin qu’elle séchât plus vite et devint solide . De là proviennent les nombreuses formes et tailles de vermicelles et de macaronis ».

P 246 « Les muezzin de Bagdad étaient tous aveugles . Intrigué je voulus savoir s’il fallait l’être pour occuper ce poste, s’il s’agissait d’une obligation prévue par l’islam. On me répondit que ce n’était pas le as cette spécificité répondant tout simplement à deux raisons fort pragmatiques .La première était que ces non-voyants ne pouvant occuper la plupart des autres emplois étaient heureux d’exercer cette fonction et n’exigeaient point trop forte rétribution. L a seconde c’es qu’ils ne risquaient pas de pêcher par curiosité malsaine en profitant de leur position surélevée pour jeter des regards impurs sur quelque décente femme montée sur son toit qui aurait ôté son voile- voire bien davantage- afin de prendre un bain de soleil. »

P 276 : « Je savais déjà que les hommes musulmans étaient tenus de cacher leurs femmes……Les musulmans dévots n’abordent jamais , entre hommes et femmes , le sujet de leurs relations sexuelles , ni même celui de leur couple…..Pourtant il me vint à l’idée en observant le masjid ce matin là que la méfiance de l’islam envers toute spontanéité sur question de la sexualité n’avait cependant pas réussi à éradiquer en totalité les formes de son expression . Regardez n’importe quel masjid…… »

P 332 : « Tout homme garde éternellement le même âge quelque part en son fort intérieur . seul ce qui est extérieur vieillit : son enveloppe corporelle et avec elle son simple prolongement qu’est le monde environnement. A l’intérieur il atteint un certain âge et le conserve pour le restant de ses jours. »

P 349 : La juive Esther lui dit : « Relis tes écritures, jeune homme .Tu y découvriras que depuis Abraham jamais les juifs ne se sont réfrénés pour donner leur avis et récriminer au besoin contre Dieu ………

Les Tsaddikim,des sortes de saints , comme vous les qualifieriez sans doute , vous chrétiens …..personne ne sait jamais qui ils sont , et eux même ne sont même ne pas au courant qu’ils sont des tsaddikim. Sinon , vois tu le simple fait d’intégrer cette donnée jetterait une ombre sur leur perfection. Mais ils arpentent le monde sans arrêt….. »

13:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 19 juillet 2009

PORTO CENTRE

<object width="480" height.</object> POUR LES COMMENTAIRES VOIR NOTE du 04-07

15:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

lundi, 13 juillet 2009

diapo

je pense ,Dominique, avoir suivi ta procédure à la lettre

.

LE CERCLE LITTERAIRE.......

LE CERCLE LITTERAIRE.jpg

LE CERCLE LITTERAIRE DES AMTEUR D’EPLUCHURES DE PATATES

( MARY ANN SHAFFER & ANNIE BARROWS )

Tout à fait le livre à lire pendant une période de vacances : malgré le titre fantaisiste pourtant plus s sérieux qu’il n’y parait !

L’intrigue , en effet , se situe dans l’île anglo-normande de Guernesey occupée par l’armée allemande pendant l’occupation , c'est-à-dire de 1941 à 45 .

20 ans plus tard ,Juliet , une jeune romancière anglaise décide d’écrire un roman sur cette période . Elle contacte un cercle littéraire local qui s’intitule curieusement « LE CERCLE LITTERAIRE DES AMATEURS DE TOURTES AUX EPLUCHURES DE PATATES ».

Elle entreprend. une correspondance suivie avec chacun des membres de cette curieuse association

C’est donc cet échange de lettres qui nous est proposé : il est drôle, plein d’humour (anglais) , et aussi de sensibilité , parfois de tristesse et d’émotion :

Extraits

P 144 : « Il restait peu de beaux partis à Guernesey , pendant la guerre . Et aucun qui soit attirant. Nous étions fatigués , dépenaillés , inquiets , délabrés , pieds nus et sales . nous étions vaincus et cela se voyait…..Les hommes de Guernesey n’étaient pas bien séduisants , mais les soldats allemands l’étaient eux…..grands , blonds , halés et beaux comme des dieux……

La plupart des filles qui sortaient avec les soldats allemands donnaient des cigarettes à à leur père….leur famille faisait un festin le lendemain ».

P 211 : « Je m’intéresse peu aux gens ….Je n’ai jamais rencontré d’homme ne serai-ce qu’à moitié aussi sincère qu’un chien. Traitez dignement un chien, et il se montrera digne de vous, vous tiendra compagnie, sera un ami dévoué, et ne vous posera jamais de question. »

P 286 : « Will Thisbee m’avait prêté son exemplaire de : Recettes pour les éclaireuses débutant en cuisine . c’est exactement ce qu’il me fallait . L’auteur part du principe que son lecteur ne connaît rien à la cuisine et donne des conseils pratiques tels que : Avant d’ajouter les œufs , cassez les. »

P 330 : « De toutes les épreuves qu’ils ont traversées durant la guerre , celle-ci a du être la plus terrible. Devoir envoyer ses enfants loin de soi pour les protéger , cela défie l’instinct de  préservation ».

18:26 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique