logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

mardi, 03 mars 2009

LA BONNE ROSEE (Jean Anglade) Suite

medium_La_bonne_rosée.jpg


La BONNE ROSÉE

La suite de cette saga familiale et auvergnate : Maurice Pitelet , père de 3 garçons Jacques, Vincent et Emile ; c’est Jacques , dit Pitelet l’artiste qui deviendra « ventre jaunes » et
transmettra à son fils Auguste le métier de coutelier .

Extraits : ‘P 150 : « pendant des siècles les auvergnats s’étaient mariés sans amour, on épousait des vaches , des hectares de terrain, du mobilier , un apport de capital , une marque de fabrique , l’amour venait ensuite , ou il ne venait pas , on s’arrangeait en famille ; les enfants , le métier , le nom , l’honneur , la paix , l’héritage en tenait lieu ».

P 188 : « Vive Bechon ! Bravo Bechon ! A mort les banquiers ! A bas le capitalisme, Bravo Bechon ! Tu as bien fait !..... »
« Ces pauvres bougres de Ventres jaunes, d’estampeurs de trempeurs , de cacheurs , de mouleurs , de monteurs ,, ces mal payés , ces mal instruits , ces mal rasé , ces mal lavés , ces malodorants voient en lui leur champion : celui qui a osé lever la main contre un mauvais riche . Qu’importe que ç’ait été pour sa cause à lui , et non pour leur cause à eux : il leur suffit qu’il se soit révolté . Son exemple isolé a la valeur redoutable d’un précédent« »

P 224 : »A cette date , seules quelques maisons bourgeoise récentes possédaient une salle da bain particulière. La majorité des Thiernois n’éprouvaient d’ailleurs que rarement le besoin de se laver : en moyenne une fois par jour les mains , une fois par semaine la figure , une fois par trimestre les pieds . Si quelques uns se jetaient dans la Durolle ou dans la Dore , ce n’était pas par amour de l’eau , mais par amour du poisson…..
Une émouleuse surnommée la Bazaine fut contrainte en 1925 de se faire examiner par le docteur Berger à cause de brûlures intimes qu’elle éprouvait. Il lui demanda si elle pratiquait régulièrement ses ablutions.
-Quelles ablutions ?
Il s’exprima en patois pour mieux se faire comprendre. A quoi elle répondit avec stupeur , pas très sûre qu’il ne se moquait point :
-Volé pas rire , mossieu Berger ? Co se lave doun ? » .Cela se lave donc ? » .

10:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique