logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

vendredi, 12 décembre 2008

HISTOIRE VRAIE

Tagué par Framboisine , "Fatras en bleu" ....voici donc ma participation pour "un souvenir d'enfance"

JANINE
Nontron 1943 , La France occupée coupée en deux , Nontron était alors en zone libre .Nous habitions en cette petite ville où ma mère avait été nommée assistante sociale et mon père délégué par la Fiduciaire de France comme comptable d’entreprises .
Entre l’Allemagne et la France Gaullienne la guerre continuait et la résistance commençait à s’organiser . Bien que Nontron ne soit pas occupée par l’armée allemande les « restrictions » commençaient à devenir préoccupantes
. Parmi les clients de mon père il y avait un petit industriel local fondateur d’une usine de chaussons . Celle-ci était située à proximité du dispensaire d’hygiène sociale où nous habitions provisoirement .
Gabriel D……. le patron et propriétaire de l’entreprise logeait avec sa famille sur le site de l’usine .
Gabriel était un homme jeune sec et vif au caractère plutôt ombrageux mais généreux .
Ses affaires étant florissantes , il était en outre propriétaire d’une petite ferme à une vingtaine de km de Nontron . Un fermier y était installé qui avait une dizaine de vaches produisant du lait et la ferme des légumes et surtout des pommes terre , denrées précieuses en ce temps là . D’autre part cette ferme était un lieu idéal pour cacher des clandestins , officiellement ouvriers agricoles , qui échappaient ainsi au STO . C’est ainsi que Gabriel montait peu à peu son propre groupe de FFI qu’il armait grâce aux parachutages alliés et entretenait sur les bénéfices occultes ( trafiqués en comptabilité par son comptable , mon paternel ) de son usine
Cela , c’était l’affaire des adultes mais il se trouve que Gabriel avait une fille unique Janine .
J’avais 13 ans et elle 12 , nous étions voisins et nous jouions ensembles très souvent à la marelle , dans notre rue le soir ( c’était en Août ) jusqu’à la tombée de la nuit , cependant que son père et le mien complotaient sur la meilleure manière de faire avaler à l’administration de supposés déficits en réalités destinés au « groupe Gabriel » .
Janine était une petite fille brune avec des yeux noirs, de grands cils et une magnifique chevelure qui lui faisait des « anglaises » entourant un visage rieur . J’en devins très vite amoureux .
Dans nos jeux avec d’autres enfants , qui souvent se joignaient à nous , les pic et pic et colégram plus que le hasard faisait souvent en trichant un peu très bien les chose en nous mettant Janine et moi , dans le même camp ou mieux encore nous permettaient d’écoper d’un gage qui consistait en une bise très chaste cependant .
Tous les soirs , j’attendais de voir Janine sortir devant chez elle pour lâcher mes devoirs et me précipiter à sa rencontre , jouer jusqu’à la nuit tombée parmi les cris des martinets qui chassait en volant au ras du sol .
Un jour , pour le récompenser de sa participation à ses activités clandestines Gabriel proposa à mon père de nous fournir outre légumes et autres denrées alimentaires , le lait de sa ferme , si rare du fait des restrictions . Il en rapportait chaque soir un grand bidon à son retour de la campagne . C’était donc moi qui devait aller vers 20h chez Gabriel avec mon petit bidon , que l’on me remplissait de bon lait encore tout frais tiré , dés son arrivée .
Ainsi fut fait . Bien sûr je m’arrangeais à arriver une bonne demi heure avant lui car en l’ attendant je voyais Janine et nous jouions aux devinettes ou à dessiner sur la table de la cuisine , tout près l’un de l’autre mais nous avions aussi convenu de nous retrouver quelques minutes après ma sortie , une fois servi , dans une petite impasse près de sa maison . Comme alors il faisait nuit , nous nous embrassions comme on l’avait vu faire au cinéma en se promettant de se marier quand nous serions grands, puis chacun courait vite à la maison afin de ne pas éveiller l’attention des adultes .
Ce petit jeu dura un mois ou deux puis le froid arriva et il n’était plus possible de sortir après le service du lait . L’école aussi reprit ses droits
Ainsi peu à peu Janine et moi redevenions des camarades de jeu , toujours avec une préférence l’un envers l’autre et le temps passa , la guerre s’amplifia et devint plus cruelle avec l’occupation de la zone dite libre , l’accentuation de la pression des maquisards les accrochages avec l’occupant , les affrontements sanglants , les Oradours sur Glanes .
En 1945 ma mère était nommée assistante sociale à Bergerac , mon père suivit et nous quittions Nontron . Ainsi la vie sépare les enfants qui s’aiment : je ne reverrai jamais plus Janine .

Je n’étais pas revenu à Nontron depuis la fin de la guerre , bien du temps a passé et maintenant à 75 ans il me prit tout à coup l’envie de revenir faire un petit pèlerinage dans cette ville où s’écoula une partie bien particulière de mon enfance , ce temps de guerre .
Marie , ma femme ,et moi ,avons donc pris la route il y a tout juste 3 mois : j’ai parcouru , ce fut assez vite fait , les artères principales de Nontron y trouvant un souvenir à chaque coin de rue et recherchais la maison où mes parents et moi avions habités . Bien sûr il y avait eu beaucoup de changements , je ne retrouvais pas la fabrique de Gabriel , mais j’hésitais à désigner à ma femme la maison que nous occupions . Dans le doute j’avisais une grand-mère qui balayait devant sa porte , en face de l’endroit qui me semblait plausible , et lui demandais si elle avait vécu à Nontron au temps de l’occupation et dans ce cas si elle connaissait la maison de l’ancien maire qui était en face de la notre . Je lui expliquais que je cherchais la maison où nous logions en ce temps là
- Mais oui , me dit elle , c’est celle-ci
- En effet , lui dis je , maintenant je reconnais la porte . vous savez ces souvenirs remontent loin ; j’avais 13-14 ans , je me doute qu’il ne reste plus personne de ceux qui étaient mes copains à l’époque , Claude G….. et surtout ma première « petite amie » qui devait avoir 12 ans : Janine D……
- Janine D.…. ? Ah oui ! Mais c’est mon amie ,je la voie tous les jours , elle habite à 100 mètres d’ici !!
Je me suis bien gardé de lui indiquer mon nom et je l’ai courtoisement remerciée pour sa complaisance …………Je tenais à garder dans ma mémoire le souvenir d’une adorable fillette de 12 ans dont j’étais si amoureux en ce temps là! Tant il est vrai que l’on oublie jamais son premier baiser !

A mon tour je tague Dominique : "papydompointcom"
MICHE : "Mots et maux de Miche"
BETTY : "Bettyblog"

14:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Bonjour , je découvre ton Blog et ta petite "historiète " comme on dit chez moi . C'esttrès touchant , on se souvient toujours de nos jeux , nos petites amourettes , ...mais c'set vrai , je crois qu'il vaut mieux garder le beau souvenir de l'enfance . Ca peut être , parfois tellement ...décevant , enfin ...triste aussi .
Bon , amitié d'un Alpin qui a eut le plaisir de te lire .

Écrit par : l'Alpin | vendredi, 12 décembre 2008

Ah nos premières amours!!!! Il est certain qu'il vaut mieux les garder au fond du coeur!!! Mais cette jolie Janine est toujours de notre monde, ainsi le souvenir est moins triste!!! Amicalement FAN

Écrit par : FAN | samedi, 13 décembre 2008

une histoire et un lieu que je crois connaître, merci Claude d'avoir joué le jeu, Nos amours d'enfance en nos coeurs à jamais, n'en déflorons pas l'image.

Écrit par : framboisine | samedi, 13 décembre 2008

Belle historiette d'amour. La curiosité de revoir Janine avec les années en plus, n'a pas primée sur ce retour dans la région de votre enfance. Je ne sais pas ce que j'aurais fait, à votre place. Bonne soirée.

Écrit par : pimprenelle | lundi, 15 décembre 2008

Merci d'être passé chez moi; quant au "tagage" je ne sais pas quoi dire; n'aurais-je pas de souvenir d'enfance ? je crois que je vais devoir me faire psychanalyser !

Dominique

Écrit par : papydompointcom | mardi, 16 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique