logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

vendredi, 21 novembre 2008

VOLTAIRE François Marie Arouet

Né le 21 Novembre 1694

Il a inventé le mot « marivaudage » et définit ainsi « Peser des œufs de mouches dans des balances en toile d’araignée » à quoi Marivaux répondit : « Voltaire est la perfection des idées communes » .

Son portrait :
« M de Voltaire est au-dessous de la taille des grands hommes , c'est-à-dire un peu au-dessous de la médiocre(je parle à un naturaliste , ainsi point de chicane sur l’observation) . Il est maigre ,d’un tempérament sec. La bile brûlée , le visage décharné, l’air spirituel et caustique, les yeux étincelants et malins . Tout le feu que vous trouverez dans ses ouvrages il l’a dans son action. Vif jusqu’à l étourderie : c’est un ardent qui va et vient , qui vous éblouit et qui pétille. Un homme ainsi constitué ne peut pas manquer d’être valétudinaire. La lame use le fourreau .Gai par complexion , sérieux par régime , ouvert sans franchise , politique sans finesse , sociable sans amis , il sait le monde et l’oublie : le matin Aristippe et Diogène le soir, il aime la grandeur et méprise les Grands , est aisé avec eux , contraint avec ses égaux . Il commence par la politesse, continue parla froideur , et finit par le dégoût.. Il aime la Cour et s’y ennuie. Sensible sans attachement , voluptueux sans passion , il ne tient à rien par choix, et à tout par inconstance . Raisonnant sans principes , sa raison a des accès , comme la folie des autres .L’esprit droit , le cœur injuste, il pense à tout et se moque de tout. Libertin sans tempérament il sait aussi moraliser sans mœurs . Vain à l’excès , mais encore plus intéressé , il travaille moins pour sa réputation que pour l’argent : il en a faim et soif. Enfin il se presse de travailler pour se presser de vivre : il était fait pur jouir il veut amuser. Voila l’homme , voici l’auteur. Né poète , les vers lui coûtent trop peu . Cette facilité lui nuit ; il en abuse , et ne donne presque rien d’achevé. »
Alexis Piron , académicien

Au sujet de Shakespeare qu’il introduisit en France il dit : « Je ne m’attendais pas que je servirais un jour à fouler aux pieds les couronnes de Corneille et de Racine pour orner le front d’un histrion barbare »

Son épitaphe par Jean-jacques Rousseau :

Plus bel esprit que beau génie
Sans foi, sans honneur, sans vertu ,
Il mourut comme il vécut,
Couvert de gloire et d’infamie »

15:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Et lui Alexis Piron, qui se souvient de lui??? ce jouisseur jaloux de Voltaire et d'autres!! Imbu de lui-même!! Il savait critiquer mais n'eut guère de succès!!Il a du payer pour vêtir l'habit vert ou il s'est fait pistonner!!! LOL Amitié FAN

Écrit par : FAN | dimanche, 23 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique