logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

lundi, 30 juin 2008

LES GRANDES ESPERANCES DU JEUNE BEDLAM (George Hagen)

medium_BEDLAM.jpg


Une opposition entre une philosophie de la « MORALE » plus ou moins religieuse , fanatique , libertaire ou politique qui forge la « DESTINEE » de l’être humain et le responsabilise envers Dieu
ou le Pouvoir Suprême dont les décisions lui assurent une « Destinée » en le déresponsabilisant .
Dans les deux cas son destin ne lui appartient plus.

Au début du XXeme siècle Tom Bedlam , dont la mère est totalement téléguidée par sa morale religieuse et le père complètement irresponsable et narcissique , est d’abord livré à lui-même, puis ,au décès de sa mère, confié à une institution « sévère » . Il deviendra médecin , cherchera l’âme sœur qu’il trouvera , fondera une famille de trois filles et un garçon qu’il s’efforcera de guider de façon « RESPONSABLE » .
Cette saga familiale le conduira de l’Angleterre à l’Afrique du Sud , de la paix à la guerre , aux joies et aux deuils dont il ne sortira pas indemne.

Extraits : P 148 : « -Rappelez-vous ceci,Tom : le pouvoir corrompt tous ceux qui s’en approchent , pas seulement ceux qui le détiennent . Rachetez-vous par vos actes futurs et bâtissez vous une vie ».

P 203 : « - Les grands hommes, Tom , font d’abominables époux. Les grandes découvertes sont l’œuvre des égoïstes : des obsédés , des voraces . Un homme satisfait ne change rien à la face du mondes ».

P 224 : « Un départ précipité augure d’une traversée mal équipée .Le mariage Chapel toutefois , était fondé sur l’affection et le respect mutuel, Bien ou mal « équipés » ils se sentaient prêts à relever le défi de la parenté ».

P 266 : «- Il existe , Arthur, un lieu dans l’au-delà pour les grands musiciens qui ont composé la musique que vous jouez . Et dans ce lieu , ils sont obligés de s »écorcher les oreilles aux interprétations les plus exécrables de ce qu’ils ont écrit. Bon , alors essayons de moins faire souffrir Monsieur Bach, vous voulez bien ? »

P 292 : « Quand mon fils a eu dépassé l’âge des genoux couronnés quand il n’a plus risqué de se faire vider les poches par les voyous, je n’ai pas pour autant été soulagée de la charge de mes soucis. Certes , il était assez grand pour gagner a vie , les moi je me rongeais désormais en songeant à ce que lui réservait le vaste monde .Je me suis intéressée aux puissances supérieures qui allaient gouverner sa vie- l’honnêteté des individus , la vertu des autorités, la générosité de la société envers les faibles et les malheureux, et enfin la paix entre les peuples.
Tu vois ,Tom , une fois qu’on a endossé le fardeau de la parenté, on se trouve malgré soi à l’affût de la façon dont s pratique la justice dans la cour de récréation et , par voie de conséquence , da,s l’arène du monde .»

P 343 : « Ce que lui dit ensuite Harvell lui parut inaudible ( tranchée guerre de 14) Il n’entendait plus que son cœur qui cognait dans sa poitrine- la machine de la vie-,un martèlement incessant, désordonné, qui lui rappelait qu’il avait survécu là où son ami avait péri, sans raison valable. La différence entre la vie et la mort s’était résumée à un pas , à une demi seconde , au temps qu’il avait fallu à Vardy pour sortir sa dernière boutade. »

11:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Il doit être intéressant ce roman, tu m'as donné envie de le lire . Merci

Écrit par : danielle | lundi, 30 juin 2008

Dommage que je n'arrive plus à lire toutes ces pages écrites en petits caractères!!!
Ce livre me semble être plein de bon sens!!
Amitiés FAN

Écrit par : FAN | mardi, 01 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique