logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

mercredi, 09 avril 2008

BAUDELAIRE Charles

Né le 9 Avtil 1821
« Lettre à sa mère » 20Déembre 1855 :
« Avant tout , plus de perte de temps. C’est là ma plaie, ma grande plaie ; car il y a quelque état plus grave encore que les douleurs physiques , c’est la peur de voir s’user et péricliter ; et disparaître , dans cette horrible existence pleine de secousses , l’admirable faculté poétique , la netteté des idées , et la puissance d’espérance qui constitue en réalité mon capital. Ma chère mère vous ignorez tellement ce que c’est qu’une existence de poète , que sans doute vous ne comprendrez pas grand chose à cet argument là ; c’est cependant là que gît ma principale frayeur ; je ne veux pas crever obscurément , je ne veux pas voir venir la vieillesse sas une vie régulière, je ne m’y résignerai jamais ».

« Lettre à sa mère » 23 Décembre 1865 :
« Je connais mes vices, je connais mes erreurs , mes lâchetés aussi bien que toi ; je grossirais volontiers mes torts, et malgré tout cela je soutiens que Paris n’a jamais été juste envers moi- que jamais on ne m’a payé en estime , non plus qu’en argent, ce qui m’est dû .Et la preuve la meilleure qu’il y a une espèce de guignon suspendu sur moi, c’est que ma mère elle même ,en maintes circonstances , se tourne contre moi. Dans trois mois et demi j’aurai 45 ans , il est trop tard pour que je puisse me faire même une petite fortune, surtout avec mon talent désagréable et impopulaire …….Mais si jamais je peux rattraper la verdeur et l’énergie dont j’ai joui quelquefois , je soulagerai ma colère par des livres épouvantables . Je voudrais mettre la ace humaine toute entière contre moi .Je vois là une jouissance qui me consolerait de tout ».

Le poète Albert Mérat lui adressa ces vers :
« Ô poète amoureux des choses truculentes,
Des breuvages visqueux et des cadavres verts,
Et qui veut , pour trouver les viandes succulentes,
Les sentir sous la dent ondoyante des vers ».

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Bonsoir Claude,

Curieux hasard..j'ai mis tout à l'heure un poème de BAUDELAIRE sur mon blog.(sur la musique)

La relation à la mère est très forte;elle influence bon nombre d'écrivains, poètes.;et nous aussi,non?

je me balade de temps en temps sur ton blog:j'y apprends beaucoup.

Je viens de faire une découverte:je suis en train de lire" lettres à un jeune poète" de Rainer-Maria RILKE.
Un choc pour moi:texte très fort, difficile de décrire ce que je ressens.Mais peut être l'as tu lu?

Je t'embrasse

betty

Écrit par : betty | mercredi, 09 avril 2008

je viens de lire ta note et le commentaire de Betty, nous nous rejoignons ainsi dans nos admirations,
"Paris tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or"
sujet de dissert en licence, je n'ai pas oublié....

Écrit par : framboisine | mercredi, 09 avril 2008

Autre temps autre moeurs, si Beaudelaire était né "génération SIDA" je pense que cela l'aurait inspiré et sans doute l'aurait-il eu et de ce triste constat, nous aurait écrit des poèmes encore plus subversifs!! AMITIES FAN

Écrit par : FAN | jeudi, 10 avril 2008

J'aime bien que tu soulèves un voile de vie privée de ces grands hommes. Ce n'est pas triste ! la mère n'était pas poète si j'ai bien compris ...Il a dû se sentir bien seul.
Bises de miche

Écrit par : miche | vendredi, 11 avril 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique